Opere
Bruno Ceccobelli
Biographie
Courants artistiques

Bruno Ceccobelli est né à Montecastello di Vibio (Todi), le 2 septembre 1952.
Au cours de sa formation, il a rencontré divers maîtres, dont Emma Cusani, experte en théosophie, Francesco Albanese, connaisseur de la cabale et de l’alchimie, et Donato Margotta, anthroposophe de rue. Il doit beaucoup à l’artiste Toti Scialoja, avec lequel il se diplôme à l’Académie des Beaux-Arts de Rome : son célèbre cours de scénographie lui enseigne la théorie et la pratique de l’abstractionnisme. Il aime et étudie des artistes tels que Malevich, Kandinsky, Klee, De Chirico, Brancusi, Beuys, Miró, Dalí, Tàpies, Magritte. Il complète sa formation éclectique de jeunesse avec l’étude des philosophies zen et taoïste orientales.
À partir de la seconde moitié des années soixante-dix, il a fait partie des artistes qui se sont installés dans l’ancienne usine de pâtes Cerere, à Rome, dans le quartier de San Lorenzo, un groupe de créatifs alors connu sous le nom de « Nuova scuola romana » ou « Scuola di San Lorenzo » ou « Officina San Lorenzo ». Ses recherches sont d’abord conceptuelles, puis aboutissent à une abstraction picturale qui aboutit à un véritable symbolisme spirituel.
En 1977, Bruno Ceccobelli inaugure sa première exposition personnelle à Rome dans la galerie Spazio Alternativo, (avec des œuvres de 1971 à 1975) et la même année, il participe à deux expositions personnelles à La Stanza, un espace indépendant autogéré par des artistes.
En 1979, il expose au Festival de la culture italienne de Belgrade et à des expositions collectives en France, en Allemagne et en Croatie. L’année suivante, il participe à la Biennale de Jeunes à Paris et, par la suite, expose à la galerie Ugo Ferranti à Rome (1981), par Yvon Lambert à Paris (1981) et par Salvatore Ala à New York (1983).
En 1984, le critique Achille Bonito Oliva a organisé l’exposition « Ateliers », dans laquelle les artistes de l’ancienne usine de pâtes Cerere ont ouvert leurs ateliers au public. La même année et, deux ans plus tard, en 1986, Ceccobelli a été invité à la Biennale de Venise, respectivement dans la section « Aperto '84 » et « Art et alchimie » '86.
En 1985, il est à New York avec Gian Enzo Sperone Westwater; En 1988, il participe à une triple exposition à New York à la Jack Shainman Gallery, à Rome au Ausoni Culture Center et à Madrid, à la galerie Mar Estrada ; la même année, il présente 777 petites œuvres au Caffè Florian de Venise.
L’année suivante, il est invité à Paris (Yvon Lambert), Londres (galerie Mayor Rowan) et Barcelone (par Thomas Carstens). Au début des années quatre-vingt-dix, il a tenu de nombreuses expositions personnelles en Allemagne et en Autriche, ainsi qu’en 1993, au Centre muséal Saydie Bronfman à Montréal et à la Galerie d’art moderne de Rimini.
En 1994, il est invité à tenir un cours de formation artistique au Sénégal à Dakar, à l’Ecole Nationale des Beux-Artes.
En 1996, il a participé à la Quadriennale de Rome et en 1999, Arturo Schwarz a présenté l’exposition « Trascorsi d’asfalto », à la Galleria Guastalla Arte moderna e contemporanea à Livourne. La même année, il expose à Bilbao par Luis Borgus et, à l’occasion du Jubilé, il crée les portails en fer corten et en bronze de la cathédrale de Terni.
En 2003, il a publié le volume « Color Bellezza », qui rassemble ses écrits prophétiques et esthétiques sur une société encore à venir. Il tient l’importante exposition personnelle « Classico Eclettico », au Musée archéologique de Villa Adriana à Tivoli.
En 2004, il a créé à Gibellina la mosaïque « L’éternité est une vraie médecine » et l’année suivante, à la galerie Guastalla à Livourne, il a présenté l’exposition « Grandes œuvres 1989-2005 ». La même année, il publie le volume « Tempo senza tempo della pittura », un recueil de biographies parallèles sur l’art d’hier et celui d’aujourd’hui.
En 2005, il a été nommé directeur de l’Académie des beaux-arts « Pietro Vannucci » à Pérouse, un poste qu’il a occupé pendant un an.
Parmi les expositions les plus récentes figurent les installations romaines: « Longa marcia post-temporale », en 2007 par Volume!; « Invasi », tenue en 2008 à la Fondazione Pastificio Cerere; « Atti unici », à la galerie Attico de Fabio Sargentini, et l’évocateur « Natalis in Urbe », à l’intérieur de l’église de Santa Maria sopra Minerva, tous deux de 2009.
L’événement le plus important de 2009, cependant, est la rétrospective consacrée à l’Officina San Lorenzo dal Mart à Rovereto, dans laquelle l’expérience de l’une des associations artistiques les plus fructueuses du XXe siècle italien a finalement été historicisée.
En 2010, il a participé à la rétrospective « San Lorenzo: Limen,la soglia dell'artet », mise en place à Rome par A. Bonito Oliva, et à la XVIe Biennale d’art sacré contemporain, organisée à Isola del Gran Sasso par la Fondation Staurós. L’événement le plus important, cependant, est l’exposition « In carta sogni. Opere su carta 1980-2010 »,, organisée par R. Rodriguez au Museo delle Genti d’Abruzzo à Pescara, qui rassemble et historicise pour la première fois les principales œuvres graphiques de Ceccobelli.
Parmi les nombreuses expositions de 2011, nous soulignons l’exposition personnelle « Schöne Träume » à Rovereto, dans laquelle l’artiste tente de capturer la beauté des rêves imprimés sur les taies d’oreiller. Se souvenir sont aussi « Grandi opere... grandi », à la Fondation Marconi à Milan et participation au Pavillon italien, Région du Latium, à la Biennale de Venise.
2012 s’ouvre avec l’exposition personnelle « Eroi d’Eros », à Catane, organisée par D. Crippa, qui rassemble 101 dessins érotiques, puis exportés au Musée d’Art Moderne de Buenos Aires en 2013. A noter également « Anthologie en petits formats 1984/2012 » au Palazzo Buonaccorsi à Macerata.
Parmi les expositions collectives figure celle de la Galerie Placido XII Seicle à Paris, qui voit Ceccobelli comme le protagoniste aux côtés de ses collègues Dessì, Nunzio, Gallo, Pizzi Cannella et « Gli anni 70' - Arte a Roma » organisée par Daniela Lancioni et présentée au Palazzo delle esposizioni à Rome. Ceccobelli vit et travaille actuellement à Todi.

OPERE